26 juin 2009

ANTILLES Guadeloupe : Domota refuse de rencontrer Sarkozy

 

ANTILLES

     

Guadeloupe : Domota refuse de rencontrer Sarkozy

NOUVELOBS.COM | 25.06.2009 | 11:04

Réagissez à l'article 67 réactions

Le leader du collectif LKP, qui était à l'origine de la grève générale de 44 jours, refuse de participer aux états généraux mis en place par Nicolas Sarkozy pendant la crise antillaise.

Le leader du LKP ne recontrera pas Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Guadeloupe. (Reuters)

Le leader du LKP ne recontrera pas Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Guadeloupe. (Reuters)

 

Nicolas Sarkozy, qui doit effectuer une visite d'une journée vendredi en Guadeloupe, ne devrait pas rencontrer le leader et porte-parole du LKP Elie Domota, a-t-on appris jeudi 25 juin. Ce dernier n'aurait pas accepté l'invitation à la réunion des états généraux de l'outre-mer que le président doit présider lors de son séjour sur l'île.
Le préfet de la Guadeloupe, Nicolas Desforges a annoncé dans un communiqué qu'"en réponse à certaines questions", les états généraux "associeront l'ensemble des élus et des forces vives du département". "A ce titre, des représentants de toutes les catégories socioprofessionnelles ont été conviés à cette réunion" ajoute-t-il. "L'ensemble des responsables des organisations syndicales, sans exclusive, ont reçu personnellement une invitation à prendre part à cette manifestation".

"Semaine de mobilisation"


Le LKP qui était à l'origine de la grève générale de 44 jours, refuse de participer aux états généraux mis en place par Nicolas Sarkozy le 19 février pendant la crise antillaise. Lundi, le collectif a lancé "une semaine de mobilisation" en réponse à la venue du chef d'Etat. Cependant celle-ci ne rencontre qu'un succès relatif, avec des manifestations et des blocages de stations-services.
Pourtant les spéculations sur l'éventualité d'une rencontre entre Nicolas Sarkozy et Elie Domota se sont accélérées alors qu'était rendu public l'emploi du temps du président français.
En Martinique, un syndicat membre du "collectif du 5 février", a également appelé à manifester avant la venue du chef d'Etat. La Centrale démocratique martiniquaise du Travail (CDMT) estime que les accords signés en fin de crise entre le patronat, l'État et les différents syndicats, ne sont pas respectés. "Aujourd'hui encore, les 200 euros négociés pour les bas salaires ne sont toujours pas versés et certains patrons ne veulent rien entendre, encouragés en cela par l'État qui lui-même donne le mauvais exemple en ce qui concerne le RSTA (Revenu supplémentaire temporaire d'activité) toujours pas appliqué", dénonce Philippe Pierre-Charles.
(Nouvelobs.com)


Retrouvez moi : http://monmulhouse.canalblog.com/




Posté par ERICCITOYEN à 08:06 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,